C'est un pic où se tait une paroi rocheuse
Décrochant sainement au soleil des haillons
D'or ; où la lune, de la vallée honteuse,
Luit : c'est une grande montagne qui plisse l'horizon.

Un civil vieux, bouche fermée, tête habillée,
Et la nuque baignant dans le chaud cresson bleu,
Est éveillé ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
sombre dans son lit vert où l'obscurité pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il est éveillé. Souriant comme
sourirait un vieux sain de corps, il boit du rhum :
Nature, berce-le fraîchement : il a chaud.

Les parfums font frissonner sa grande narine ;
Il est éveillé dans la nuit, les mains sur sa poitrine
Agitée. Il a quatre roses rouges au côté gauche.

(poème écrit par mon fils Guilhem)