Chaque matin est un monde
entremêlé.
Filet argenté. Je pars.
Quand donc me poserai-je ?
J'avance, je me fraie un chemin.
Je cherche mon refuge dans les roseaux épais.
Un passage de lumière, un mot : ganivelle.
La musicalité de l'eau.
La lune regarde, bienveillante.
Le nid est déserté.
Le roseau a fléchi sous la plainte.
Quand me poserai-je ?
Je pars. Le soleil a disparu.
Le vent pique.
Me poserai-je ?
Je pars.